Étiquette : Québec

02Dans un commentaire, Georges Vignaux souligne que la sociologie visuelle se construit à partir de contrastes. Les trois photos qui suivent représentent des gens vivants dans les quartiers défavorisés de Québec. Ces silhouettes construisent l’insolite en contexte et mettent en valeur les contrastes : corps fatigués, vêtements usés, démarche lente, itinéraires discrets. Il y a là la nécessité […]

Lire la suite

Toujours dans le cadre de ma démarche exploratoire en sociologie visuelle, et dans le cadre de ce qui devrait en constituer son cadre d’analyse, à savoir, « repères-parcours-territoires », j’aborde ici le bâtiment et particulièrement son aspect extérieur, autrement dit, sa dimension morphologique, c’est-à-dire que tout espace se définit à partir de/et instaure des limites […]

Lire la suite

La photo de ce billet, prise dans le quartier Nouvo St-Roch de Québec, est intéressante à plus d’un égard. Premièrement, elle rend compte d’une réalité plus qu’urbaine, alors qu’une bretelle d’accès à la haute-ville surplombe une épicerie. Deuxièmement, le pilier de la bretelle d’accès comporte une peinture représentant une église de style gothique. Troisièmement, le […]

Lire la suite

Le citoyen a-t-il la possibilité de se réapproprier la signalisation publique et d’en dévier son message ? L’exemple suivant est intéressant à plus d’un égard. Cette photo a été prise dans le quartier St-Roch (Québec) le 25 mars 2015. Dans le secteur (rue Du Pont) où est installée cette affiche mobile, il y a un […]

Lire la suite

Dans le billet précédent, La « lecture » de l’image en sociologie visuelle, j’ai tout d’abord photographié un panneau-réclame posé sur le trottoir de la rue St-Joseph dans la portion revitalisée du quartier St-Roch de Québec. Celui-ci interpellait les potentiels clients en leur proposant une offre alimentaire « santé » et des services concomitants calés […]

Lire la suite

Ce documentaire, réalisé par Pierre Fraser, rend compte des implications sociales qu’imposent la fermeture d’une église. Dans le quartier St-Jean-Baptiste de la ville de Québec, l’église St-Jean-Baptiste tient une position géographique centrale, non seulement dans l’espace physique, mais aussi dans l’espace social. Ce sont plusieurs services aux citoyens les moins favorisés qui seront ainsi amputés, […]

Lire la suite

Tout d’abord, je tiens à préciser que ce Web documentaire souffre de tous les défauts d’un premier documentaire. Non seulement en souffre-t-il, mais il a été réalisé à partir d’un budget inexistant, c’est-à-dire 0.00 $, et d’un matériel de prise de vue et de son de base. Les conditions de tournage étaient souvent à la […]

Lire la suite

Les cartes sont des outils utilisés pour rendre compte d’une réalité en la simplifiant. Outil des géographes, mais aussi (et en premier) des militaires, instrument de la puissance publique, de l’État, c’est-à-dire du pouvoir, les cartes ne sont pas des choses neutres. Faire une carte c’est faire des choix. La carte est une simplification de […]

Lire la suite

Dans un billet précédent, il a été dit que les graffitis créent une rupture visuelle dans l’environnement bâti : soit ils attirent l’œil lorsqu’ils apparaissent, soit ils deviennent « invisibles » au fil du temps pour les habitants du quartier. Par contre, la caméra ne peut faire l’économie du graffiti, car elle le voit, l’inscrit. […]

Lire la suite

► Revenir au plan de cours * Le graffiti n’est normalisé que pour la sous-culture des graffiteurs et des tagueurs et non par la société. Nous savons déjà qu’un repère visuel exerce 4 fonctions (signaler, localiser, confirmer, satisfaire) et qu’il possède 4 propriétés (visibilité, pertinence, distinctivité, disponibilité). En ce sens, le graffiti constitue-t-il un repère […]

Lire la suite