IA : le corps augmenté

Emprunter ce livre sur Kindle d’Amazon

Pour le courant transhumaniste, la mort n’est pas un horizon indépassable, car il serait possible de l’outrepasser ou d’en ralentir d’autant sa survenue en ralentissant de façon importante le vieillissement. Avec l’arrivée massive de l’intelligence artificielle, la recherche scientifique y trouvera son compte.

Ainsi, la mort n’est plus du tout considérée comme un problème d’ordre philosophique, spirituel ou religieux, mais bien comme un problème d’ingénieur, autrement dit, réparer ce qui fonctionne mal et ce qui est défectueux.

Je propose donc au lecteur d’analyser comment s’est construit, élaboré et déployé l’un des mythes technocientifiques les plus éclatants en dehors de celui de l’intelligence artificielle, celui du transhumanisme, c’est-à-dire tout ce courant de recherche scientifique qui considère que la mort est essentiellement un problème de « conception » de la nature et comment il est possible d’y surseoir.

Ce que je propose également au lecteur, c’est une aventure du corps, celle d’une histoire sans fin qui veut faire du corps autre chose que ce qu’il est.

Il existe une courbe évolutive qui mènera à un corps quasi parfait. Du moins, c’est bien ce que pensent les transhumanistes.

Cette courbe se dessine à partir de quatre tendances lourdes : l’accélération technologique ; la convergence technologique ; l’augmentation de l’espérance de vie ; le transfert du processus évolutif depuis la nature vers une minorité agissante, celle des ingénieurs, plus spécifiquement, ceux qu’il est possible de regrouper sous le vocable de Guilde des ingénieurs de la vie.

Ce projet de réingénierie humaine, essentiellement financé par les grandes entreprises de la Silicon Valley, est bien plus qu’une simple aventure scientifique pour transcender la condition humaine.

C’est avant tout une façon d’être, de penser et d’entrevoir le monde. C’est aussi une façon de faire des affaires, de mener l’économie, de capitaliser sur la vie.

C’est la condition qui, présentement, a la cote, et qui risque fort de l’avoir encore pour longtemps, car elle nous convie inévitablement à une révolution permanente, celle de nous-mêmes, celle de faire de chacun d’entre nous un humain augmenté. Tout ça n’est pas banal…