Numéros à venir

Si l’un des appels à contribution vous intéresse pour le Magazine Photo|Société, il vous suffit d’expédier votre article et les photos à l’adresse info@photo-societe.com. Tous les textes, sans exception, seront soumis à une révision par les pairs et l’équipe éditoriale.

Spécifications techniques

    • Article : entre 5 à 8 pages (format « A4 » ou « Letter »).
    • Références en fin de texte (mode notes à la fin du document).
    • Police et fonte : Times New Roman, 12 points.
    • Photos : résolution minimale à 300 dpi.
    • Destinataire : info@photo-societe.com

Mai 2018
Espaces visuels 

Date limite : 31 mars 2018

1. Un territoire visuel est avant tout géographiquement délimité : en milieu urbain, il correspond généralement à un quartier ; en milieu rural il regroupe des aires aux propriétés et caractéristiques similaires. 2. Un territoire visuel est essentiellement composé de repères visuels socialement identifiables et décodables par ceux qui habitent ledit territoire, repères qui eux-mêmes tracent des parcours visuels, qui tracent également des parcours d’appartenance à une classe sociale ou à une sous-culture. 3. Le territoire visuel n’est pas seulement tributaire du géométrique. Interviennent aussi les postions du quartier dans l’espace urbain global, les passés historiques des quartiers, les résidus de ces passés, les images que s’en construisent les habitants et les étrangers. Tout cela se constitue sous forme de filtres superposés, inclusifs ou exclusifs.


Juin 2018
Plans d’eau publics / Bassin Louise

Date limite : 30 avril 2018

Redonner l’accès à l’eau au public dans les grandes villes est devenu un impératif. Copenhague a lancé l’initiative. Même des villes nord-américaines comme Baltimore, Boston et Vancouver ont décidé de s’y mettre. Paris, avec le Bassin de La Villette, a redéfini le concept. Le Bassin Louise représente aujourd’hui une occasion pour Québec et son port de redéfinir les fonctions d’une partie de leur interface, avant que les forces immobilières ne s’emparent de ses rives encore publiques. Il offre un fort potentiel inexploité susceptible de valorisations nouvelles. Voisine du quartier touristique, cette rade publique est devenue un club privé après les festivités de 1984. À l’abri des marées, l’endroit commande un panorama inégalé sur le Vieux-Québec, «sans doute la plus belle perspective urbaine en Amérique du Nord», selon l’Américain Christopher Forbes, vice-président de Forbes Magazine.


Septembre 2018
La vie de quartier

Date limite : 31 juillet 2018

La vie de quartier survivra-t-elle au développement des mobilités ? Comment se reconstruisent les relations sociales et familiales, à une échelle élargie et dans ces lieux nouveaux ? Quelles nouvelles inégalités apparaissent ? De quelles marges disposent les pouvoirs publics pour faire face à l’impact de la globalisation sur les villes ? Existe-t-il des alternatives à l’américanisation de la société ? Peut-on concilier les objectifs multiples et ambitieux du mot d’ordre du développement durable ? Ce sont là quelques unes des questions auxquelles ce numéro s’efforcera de répondre à travers l’image.


Octobre 2018
Le corps remodelé

Date limite : 31 août 2018

Le corps aryen, imaginé par une idéologie totalitaire, le nazisme, le corps parfait, n’est jamais vraiment sorti de notre imaginaire collectif. Il s’est tout simplement dilué, au quotidien, dans le sport, l’alimentation, la médecine, la pharmacologie et la chirurgie esthétique. Notre existence même est à l’aune d’une réingénierie soutenue par une certaine connaissance scientifique. Le corps est le matériau du soi, une quête interminable d’amélioration, une limite jamais atteinte, puisque celui-ci peut se détraquer à tout moment, d’où l’obligation à la remise en forme constante et à une ascèse à la saine alimentation. Mais ce salut par le corps ne surviendra, parce que le corps rencontrera forcément une limite, celle de sa fin. Le corps relève désormais de l’activisme, une attitude prônant le recours à l’action directe, une morale fondée sur l’action et le pragmatisme au jour le jour.


Novembre 2018
L’image du succès

Date limite : 31 septembre 2018

Le succès, comme discours de la mouvance entrepreneuriale, tout comme d’autres domaines où s’articule la société, possède ses propres codes de représentation iconographiques. Dans une société néolibérale qui privilégie particulièrement l’individu architecte de sa vie, maître de son destin et entrepreneur de lui-même, qui cherche à faire en sorte que l’individu soit le plus autonome possible, qu’il dépende le moins possible de l’État, qu’il assume la responsabilité totale et entière de tout ce qui lui arrive, même s’il n’en est pas directement responsable — fermeture d’usine, délocalisation, contexte économique, etc. —, il est nécessaire de produire une certaine représentation iconographique qui célèbre le succès, tout en occultant ce qui précède le succès, à savoir le doute, les difficultés et même l’échec.


Décembre 2018
Vivre à crédit

Date limite : 31 octobre 2018

En Occident, avec le temps des fêtes qui approche, le crédit est à définitivement à l’ordre du jour. Il faut se demander comment la vie à crédit, à travers ses représentations iconographiques, est favorisée ? Comment les établissements financiers parviennent-ils à vendre des prêts à la consommation et de quelle façon les particuliers gèrent-ils leur relation avec ce type d’institutions ? Enfin, comment les banques et l’action publique construisent-elles la vie à crédit et sa promotion ?


Janvier 2019
La fatigue d’être soi

Date limite : 31 novembre 2018

Dans une société qui renvoie constamment l’individu à lui-même, et pour faire suite aux trois derniers numéros, il fallait reprendre cette grande idée proposée par le sociologue Alain Ehrenberg, celle de la fatigue d’être soi. Comment se traduit en images cette fatigue de soi ? Comment se traduit en images l’épuisement professionnel ? Il existe une multitude de représentations visuelles de cet état que vivent plusieurs de nos contemporains qui se retrouvent en porte-à-faux avec l’image du succès proposée par tous ces coachs de vie qui veulent mettre sous perfusion de bonheur l’ensemble des travailleurs.


Février 2019
La bien-pensance

Date limite : 31 décembre 2018

La bien-pensance est le nouvel avatar de la morale. Solidement appuyée sur le politiquement correct, elle possède ses propres codes, tant linguistiques que visuels. Par exemple, la gauche, qui n’est plus tout à fait dans la défense des ouvriers et des prolétaires, s’est réfugiée dans l’identitaire, l’inclusivité et le genre. Autrement, d’un Justin Trudeau qui s’excuse pour toutes les bêtises de ses prédécesseurs et qui pleure sur commande devant les caméras du monde entier, en passant par un Emmanuel Macron qui flatte la bien-pensance de la gauche par pur électoralisme, jusqu’à un Donald Trump qui n’a rien à faire du politiquement correct, le spectre de la bien-pensance s’élargit chaque jour jusqu’à réclamer des safe spaces dans les universités pour éviter la confrontation des idées. Plus encore, la bien-pensance s’incarne aussi dans l’alimentation et l’activité physique où elle n’a de cesse de normaliser l’apparence du corps. Et sa toute dernière incarnation, peut-être la plus efficace, trouve chaussure à son pied avec les médias sociaux.


Mars 2019
La saine alimentation

Date limite : 31 janvier 2019

Ce numéro propose une réflexion sur l’alimentation perçue comme un danger pour le corps, c’est-à-dire ces aliments dans lesquels se logent insidieusement de vilaines calories et de mauvais gras qui n’attendent que le moment approprié pour se manifester. Et c’est là où se structurent les interventions à déployer sur le corps, dans cette constante tension entre prise alimentaire et discipline, d’où l’idée que toute augmentation de la prise de poids au-delà de l’indice de masse corporelle idéal révélerait un individu ayant de la difficulté à trouver cet équilibre, et ce, nonobstant tous les autres facteurs d’ordre socio-économique. Cette difficulté à trouver le juste équilibre implique deux types d’interventions. Au niveau individuel, toute augmentation excessive de la prise de poids au-delà de l’indice de masse corporelle idéal appelle une intervention qui va du simple régime, à l’activité physique, à la médicalisation ou à la chirurgie. Au niveau collectif, toute augmentation significative de la prise de poids de la population au-delà de l’indice de masse corporelle médian motive le déploiement d’une multitude d’intervenants et d’interventions publiques vouées à contenir le phénomène et à réguler les environnements ou les produits favorisant la prise de poids.


Avril 2019
Intelligence artificielle / Impacts sociaux

Date limite : 28 février 2019

Le concept même d’intelligence artificielle est un concept porteur, car il oblige à s’interroger sur notre propre humanité. Que signifie le fait d’être humain ? En quoi consiste au juste la conscience ? Quel est notre potentiel en tant qu’espèce ? La vie a-t-elle un sens, et si oui, quel est-il ? Quel est notre ultime destin en tant qu’espèce ? Peu importe ce que le futur nous réserve, poser ces questions à la lumière de ce que propose l’intelligence artificielle permet d’envisager toutes ces questions sous un tout nouvel éclairage. En fait, par le seul fait de l’accélération du développement technologique depuis l’introduction massive des microprocesseurs au milieu des années 1970, l’humanité serait sur le point de vivre, selon Ray Kurzweil, ingénieur et chercheur américain associé au programme d’intelligence artificielle de la société Google, une « singularité » technologique. Du moins, c’est l’idée qui court dans le milieu des hautes technologies et qui commence à intéresser non seulement philosophes, chercheurs et penseurs, mais intéresse aussi au plus haut point la presse grand public et l’industrie cinématographique hollywoodienne.


Mai 2019
Transhumanisme / Le corps augmenté

Date limite : 31 mars 2019

Pour le courant transhumaniste, la mort n’est pas un horizon indépassable, car il serait possible de l’outrepasser ou d’en ralentir d’autant sa survenue en ralentissant de façon importante le vieillissement. Ainsi, la mort n’est plus du tout considérée comme un problème d’ordre philosophique, spirituel ou religieux, mais bien comme un problème d’ingénieur, autrement dit, réparer ce qui fonctionne mal et ce qui est défectueux. Ce numéro propose au lecteur d’analyser comment s’est construit, élaboré et déployé l’un des mythes technoscientifiques les plus éclatants en dehors de celui de l’intelligence artificielle, celui du transhumanisme, c’est-à-dire tout ce courant de recherche scientifique qui considère que la mort est avant tout un problème de « conception » de la nature et comment il est possible d’y surseoir. Au final, ce que ce numéro propose également, c’est une aventure du corps, celle d’une histoire sans fin qui veut faire du corps autre chose que ce qu’il est.


Juin 2019
La ville en vacances

Date limite : 30 avril 2019

À quoi ressemble la ville une fois les vacances estivales venues ? À quoi ressemble la vie de vacances de ceux qui quittent la ville pour se retrouver sur un terrain de camping ou à la plage ? L’été, quitter la ville est généralement une affaire de revenus ; ne quitte pas la ville qui veut. Mais la ville sait aussi répondre à ceux qui ne peuvent la quitter ; festivals, activités de quartier, piscines et plans d’eau publics rythment la période des vacances.


Septembre 2019
La ville intelligente

Date limite : 31 juillet 2019

Une ville intelligente serait une ville qui utilise et qui insère les nouvelles technologies de l’information et des communications dans ses différents secteurs dans le but d’optimiser l’utilisation des infrastructures existantes. Que ce soit en matière de transport, de bâtiment, de gouvernance ou d’environnement, les nouvelles technologies proposent de contribuer à répondre aux défis urbains actuels. Entre mythe et réalité, il semble parfois y avoir plus de mythe que de réalité dans les discours proposés par les entreprises qui vendent des solutions technologiques. Qu’en est-il exactement et où tirer la ligne qui démarque ce qui est réellement faisable sur un horizon à plus ou moins long terme ?


Octobre 2019
La mobilité inclusive

Date limite : 31 août 2019

Dans une société qui renvoie constamment l’individu à lui-même, et pour faire suite au numéro de mai 2018, il fallait reprendre cette grande idée proposée par le sociologue Alain Ehrenberg, celle de la fatigue d’être soi. Comment se traduit en images cette fatigue de soi ? Comment se traduit en images l’épuisement professionnel ? Il existe une multitude de représentations visuelles de cet état que vivent plusieurs de nos contemporains qui se retrouvent en porte-à-faux avec l’image du succès proposée par tous ces coachs de vie qui veulent mettre sous perfusion de bonheur l’ensemble des travailleurs.