Avec ce numéro, nous poursuivons notre exploration de différents concepts liés à la sociologie visuelle. Si, dans le numéro d’avril 2018, nous avons abordé la question centrale du repère visuel, qui s’inscrit dans des réseaux visuels et des parcours visuels, ce numéro propose une première exploration de concepts comme l’espace ou le territoire visuel, la frange visuelle, la frontière visuelle et le lieu-mouvement.

Partant du fait que la ville constitue un espace visuel global, celle-ci se subdivise en en centaines ou milliers de microterritoires visuels qui ont chacun leur spécificité. Par exemple, les quartiers centraux d’une ville ont ceci de particulier, qu’ils sont à la fois le creuset d’une certaine mixité sociale et d’une certaine réappropriation par différents groupes sociaux. À l’inverse, la banlieue nord-américaine est un peu plus uniforme et traduit moins la mixité sociale. Ces deux territoires de la ville proposent dès lors des espaces visuels différents qui les caractérisent particulièrement. Nous vous invitons donc à explorer quelques aspects de cette réalité visuelle.