Même s’il semble de plus en plus ringard, en sociologie, de parler de classes sociales, et surtout de lutte de classes sociales, il n’en reste pas moins que le concept même de classe sociale est porteur, car il offre une perspective sur des réalités sociales que l’on ne saurait analyser autrement.

▼ Cette photo, prise dans le quartier Le Mesnil de Québec,
est représentative de la notion même de classe sociale.

Le Mesnil, l’un des quartiers huppés de la ville de Québec, se distingue particulièrement par ces grandes maisons où habitent généralement au plus 4 personnes. On les qualifie parfois de monster house. Ce sont là de « luxueuses résidences qui flirtent avec l’imagerie du château, pâles copies d’un style victorien déchu [1]». Et comme le souligne l’architecte Philippe Lupien, il « est difficile de résister aux clichés de l’architecture, [car] les médias de décoration ne font que ça. Les gens arrivent mal à repérer d’autres esthétiques [2]. »

Et c’est justement ici, dans cette imagerie du château, que la notion même de repère visuel prend tout son sens. En fait, chaque classe sociale a ses repères visuels qui lui sont propres. En ce sens, la favorisation matérielle suggère que celle-ci doit être montrée, car elle consiste à différencier ce qu’il convient ou non de faire en fonction de leur désirabilité du point de vue du groupe qui génère la norme, en l’occurrence, la norme de la favorisation matérielle.

Faut-il ici préciser qu’un repère visuel oriente nos actions, mais qu’il normalise aussi nos comportements, nos conduites, nos jugements, nos attitudes, nos opinions, nos croyances. Cette normalisation, véhiculée par les repères visuels d’appartenance à une classe sociale donnée, fait en sorte que si on a les moyens de se payer une monster house, il faut d’une certaine façon se la payer, car elle confirme notre appartenance à la classe sociale des gens matériellement favorisés.

Cependant, dans cette démonstration de l’appartenance à une classe sociale matériellement favorisée, la maison seule ne suffit pas. Elle doit aussi se montrer dans tout ce qui entoure la maison (paysagement, piscine), dans le type de voitures que l’on possède, dans l’habillement, dans l’alimentation et l’épicerie fréquentée, dans les activités des parents et des enfants, dans l’école fréquentée par sa progéniture, dans les magasins, les restaurants et les gymnases que l’on fréquente.

Si la maison, ancrée dans un quartier spécifique, montre et signale la favorisation matérielle, tout le reste de cette démonstration passe par les lieux que l’on fréquente. Autrement dit, la maison révèle aussi les valeurs sociales de ceux qui l’occupent et le type de lien social qui les préoccupe.

© Pierre Fraser (Ph. D.), sociologue et cinéaste, texte et photos, 2019