Burn-out ou difficulté d’adaptation ?

Dans cette vidéo, la sociologue Lydia Arsenault nous explique comment le vocabulaire positif renvoie la responsabilité vers l’individu à propos de sa propre condition, comme si son environnement de vie et de travail n’avait aucune influence sur lui. Comme le souligne si bien Frank Lepage, « On nous a supprimé tous les mots du vocabulaire qui nous permettaient de penser négativement le capitalisme.  On ne peut plus nommer quelqu’un exploité, mais on est obligé de l’appeler défavorisé. Ainsi, la personne n’est plus la victime d’un exploiteur, juste quelqu’un qui n’a pas eu de chance. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s