Piano de rue

►  Urbanisme tactique

Depuis 2013, à l’intersection de la 3e Avenue et de la 10e Rue dans le quartier Limoilou de Québec, le piano de rue, jaune de son état, installé dans le stationnement pour piétons, stationnement qui a d’ailleurs reçu un certificat de mérite1 des Prix nationaux du design urbain2 de l’Institut royal d’architecture du Canada, est non seulement devenu un élément visuel important du quartier de la mi-juin à la mi-octobre, mais est aussi devenu un élément créant du lien social. La présence de cet aménagement sur le trajet du piéton et du cycliste permet de ponctuer son parcours avec un « événement » urbain unique à Québec3.

© Photo, Limoilou dans la rue

Et c’est bien là le discours de l’urbanisme tactique, faire réagir la population des quartiers et des villes sur les enjeux actuels de la société dans laquelle il s’implante, en soulignant les occasions d’enrichir et d’habiter l’espace public collectif. Comme le soulignent les chercheurs Nicolas Douay et Maryvonne Prévot, « l’urbanisme tactique propose à tout citoyen d’agir matériellement sur son environnement urbain immédiat et quotidien afin de le rendre plus agréable à vivre, et ce sans attendre que les autorités/acteurs en charge de l’aménagement et de l’urbanisme répondent à ses aspirations. À première vue cela remet en cause le rôle central des institutions publiques dans la régulation et la maîtrise de l’espace public et des aménagements. En ce sens, les conditions sociétales de l’émergence même de ces nouvelles initiatives d’appropriation citoyenne d’espaces publics, délaissés ou pas, doivent être analysées4. »

© Photo, Limoilou dans la rue

« Si l’urbanisme tactique s’attache à démontrer que chacun est en capacité de transformer, à l’échelle locale, la manière de penser et de faire la ville, ce n’est pas tant en son nom propre qu’au nom d’intérêts partagés par d’autres membres de sa communauté. Ce modèle urbain alternatif s’appuie donc sur une large communauté connectée aux réseaux sociaux qui permet la circulation des initiatives prises ou des pratiques adoptées et leurs adaptations dans différents contextes locaux5. »

© Photo, Pierre Fraser

Lorsque l’urbanisme tactique fonctionne, les citoyens eux-mêmes proposent des moyens d’améliorer l’infrastructure de leur quartier, et le gens disent : Nous voulons faire cela !. De là, la tâche consiste à déterminer comment traiter ces demandes et à créer un nouveau processus d’autorisation qui permet de le faire. En fait, des projets à court terme à faible coût pour faire progresser des objectifs de planification à long terme. Au total, l’idée est simple : faire quelque chose de peu coûteux et temporaire pour améliorer une zone, afin d’imaginer ce à quoi pourrait ressembler un endroit si ces améliorations étaient rendues permanentes.

►  Urbanisme tactique