Urbanisme tactique, prendre possession de la ville

►  Urbanisme tactique

L’urbanisme tactique est le terme donné au phénomène global des interventions informelles dans le tissu urbain, culturel et physique. Il s’agit d’un terme parapluie pour de nombreux sous-genres d’activité, y compris l’hacktivisme, la guérilla, le bricolage, l’acupuncture, l’opensource, l’urbanisme subversif, furtif ou wiki, qui partagent un même mode opératoire, des buts et des objectifs communs 12.

L’urbanisme tactique a tendance à être populaire et ascendant, a des caractéristiques antiautoritaires et vise à améliorer l’expérience vécue en milieu urbain grâce à des stratégies d’amélioration progressives. Il est souvent temporaire, peu coûteux, rapide à installer et démonter, informel, spontané, participatif et motivé par des problèmes communautaires, et souvent initié par des architectes émergents, des artistes et des urbanistes créatifs travaillant en dehors des frontières professionnelles.

Comme le soulignent Nicolas Douay et Maryvonne Prévot, « Si l’urbanisme tactique s’attache à démontrer que chacun est en capacité de transformer, à l’échelle locale, la manière de penser et de faire la ville, ce n’est pas tant en son nom propre qu’au nom d’intérêts partagés par d’autres membres de sa communauté. Ce modèle urbain alternatif s’appuie donc sur une large communauté connectée aux réseaux sociaux qui permet la circulation des initiatives prises ou des pratiques adoptées et leurs adaptations dans différents contextes locaux. L’urbanisme tactique porte-t-il l’étendard des échanges désintéressés et des valeurs du don promus par la génération des pionniers du Net3 » en étant le vecteur d’une démocratie impliquante ou ne serait-il désormais qu’un des visages renouvelés des solutions dominantes d’aménagement urbain ?

Urbanisme tactique