Main qui a faim, main qui déguste

Inégalités sociales

Voici deux photos qui caractérisent fort bien les différences entre classes sociales. La première a été prise dans une banque alimentaire, la seconde dans un marché public où sont offerts des produits de niche.

La main qui a faim

La principale caractéristique de la main qui a faim, c’est qu’elle n’a pas le choix de s’offrir ce qu’elle veut. En fait, elle prend ce que la banque alimentaire a à offrir pour combler une simple besoin de base, celui de s’alimenter.

La main qui déguste

La principale caractéristique de la main qui déguste, c’est qu’elle a tout le loisir de s’offrir ce qu’elle veut. En fait, son budget lui permet d’aller au-delà du  simple besoin de base qu’est celui de s’alimenter.

Dans une société d’opulence comme la nôtre, ces images ont de quoi interroger la notion de répartition de la richesse. Certes, il n’est demandé à personne de partager ce qui a souvent été difficilement gagné, mais il est demandé à ceux qui nous gouvernent d’assumer l’une des fonctions régaliennes de l’État, à savoir protéger les citoyens, d’éviter que ceux-ci en soient rendus à quémander leurs aliments, et ce, en répartissant la richesse collective le plus équitablement possible, et non en la concentrant dans les mains de quelques individus ou entreprises.

Inégalités sociales

© Pierre Fraser (Ph. D.), sociologie / texte et photos, 2016