► Ville et urbanité / Mobilité / Mobilité réduite / Mobilité restreinte


Introduction Projet de recherche Voirie urbaine Édifices privés Conclusion Références

En 2012, tout près de 2 millions de Canadiens âgés de 15 ans et plus rapportaient avoir des incapacités limitant leur mobilité (Statistique Canada, 2016). Afin de se déplacer dans leur environnement et de réaliser leurs activités quotidiennes, plusieurs de ces personnes doivent avoir recours à une aide technique à la mobilité, tels une canne, une marchette ou un fauteuil roulant (Deslauriers, 2017). Malgré les bénéfices importants de ce type de dispositifs, notamment sur la qualité de vie (Devitt, Chau, & Jutai, 2004; Edwards & McCluskey, 2010), l’engagement occupationnel (Evans, 2000; Samuelsson & Wressle, 2014) et l’accomplissement de rôles sociaux (Trombly Latham, 2008), les problématiques associées à leur utilisation sont bien réelles. En effet, les utilisateurs sont fréquemment confrontés à une variété d’obstacles physiques et sociaux pouvant restreindre leur mobilité ainsi que leur participation sociale (Edwards & McCluskey, 2010; Meyers, Anderson, Miller, Shipp, & Hoenig, 2002). Bien que la recherche dans ce domaine progresse et que les villes elles-mêmes accordent de plus en plus d’importance à cette problématique, certains aspects liés aux facteurs qui nuisent à la participation de ces personnes dans la communauté demeurent peu connus. Le présent projet de recherche visait par conséquent à enrichir notre connaissance et compréhension des obstacles que les utilisateurs d’aide technique à la mobilité rencontrent dans leurs déplacements, et d’entendre leurs opinions quant aux actions à entreprendre afin de continuer à améliorer leur mobilité en milieu urbain. Le projet s’inscrit dans une démarche plus large, soit le projet canadien sur la participation sociale des personnes en situation de handicap (CDPP, https://cdpp.ca/). Il s’agit d’une alliance des secteurs universitaires, publics, privés et gouvernementaux qui travaillent à améliorer la participation communautaire des personnes en situation de handicap.

La méthode photo-voix, appartenant à la recherche participative communautaire, a été adoptée afin de documenter les obstacles rencontrés lors de déplacements en milieu urbain, plus spécifiquement dans la ville de Québec. Cette méthode favorise la prise en compte de l’opinion et de l’appréciation des participants à l’égard de certaines situations puisqu’ils sont des partenaires égaux aux membres de l’équipe de recherche. Ils sont aussi reconnus comme les experts de leur condition (Newman et al., 2009; Newman, 2010; Wang & Burris, 1997). Par l’entremise de la méthode photo-voix, les participants sont invités à identifier des expériences vécues  qui sont représentées par des photographies (Newman et al., 2009; Newman, 2010; Wang &Burris, 1997).

Dans le cadre de ce projet, le groupe de participants était constitué de 20 femmes et 20 hommes (âge moyen : 51,6 ± 12,8 ans) utilisant un quadriporteur (n=9), un fauteuil roulant motorisé (n=9) ou manuel (n=11), une marchette ou un déambulateur (n=5), ou une canne ou des béquilles (n=6). Ils devaient, sur une période de deux semaines, photographier les obstacles physiques et sociaux qu’ils rencontraient dans leur quotidien en lien avec l’utilisation de leur aide technique à la mobilité.

Ils étaient également encouragés à noter par écrit ou verbalement le contexte entourant chacune des photographies. À la fin de cette période, ils étaient invités à participer à une entrevue individuelle visant à sélectionner les photographies les plus représentatives de leur vécu, jusqu’à un maximum de dix. Ils devaient ensuite identifier, à partir de cette sélection, les thèmes principaux s’en dégageant. Par la suite, des groupes de discussion focalisés, composés de 3 à 8 participants utilisant diverses aides techniques, étaient organisés durant lesquels les participants étaient invités à partager leur sélection de photographies. Les photographies sélectionnées au cours de l’entrevue individuelle étaient imprimées en format lettre, numérotées, puis apposées sur un mur de la salle où le groupe de discussion se déroulait. Ces mêmes photographies étaient également présentées sur diapositives. À tour de rôle, les participants devaient expliquer le contexte entourant chacune de leurs photographies.  Tous devaient travailler en collaboration pour identifier les thématiques communes au groupe et les stratégies potentielles pour surmonter les obstacles rencontrés. Certains de ces obstacles sont connus, mais par l’utilisation de la méthode de photo-voix, ils sont mis en images et commentés.

Dans ce qui suit seront présentés les divers obstacles rencontrés par les 40 personnes résidant dans la ville de Québec ayant participé au projet de recherche. Bien que les photographies représentent des situations qui peuvent avoir un caractère anecdotique, elles illustrent des situations bien réelles qui ont été vécues par ces personnes.

© François Routhier, Émilie Lacroix, Josianne Lettre, Luc Noreau, Ben Mortenson


► Ville et urbanité / Mobilité / Mobilité réduite / Mobilité restreinte


Introduction Projet de recherche Voirie urbaine Édifices privés Conclusion Références