► Ville et urbanité / Mobilité / Mobilité réduite


Introduction Déplacements Loisirs Vie communautaire Communication

Explorer les réalités et les complexités sociales en utilisant la photographie comme matériau de recherche est un exercice peu fréquent en sciences sociales et humaines. Pourtant, comme le souligne Becker (1974), la photographie et la sociologie ont presque la même date de naissance, tandis que leurs instigateurs (Louis Daguerre, 1787-1851, et Auguste Compte, 1798-1857) poursuivaient un objectif commun, soit explorer la société. Nous partagions cette intention en formulant le projet de photographie sous-jacent au présent article, projet qui consistait à prendre des photos illustrant le caractère inclusif d’une ville, de son espace urbain, en gardant en tête la diversité des besoins de la population, notamment des personnes ayant des incapacités. L’invitation a été lancée aux membres de l’équipe de recherche en partenariat Participation sociale et Villes inclusives (PSVI), composée de chercheurs, d’organismes partenaires et d’étudiants. L’équipe regroupe une douzaine de chercheurs provenant de diverses disciplines (géomatique, sociologie, service social, architecture, santé communautaire, anthropologie, etc.) ainsi que des partenaires communautaires et publics autour d’une programmation de recherche visant à soutenir le développement de pratiques inclusives, basées sur les approches d’accessibilité et de conception universelle, afin d’améliorer la participation sociale des personnes ayant des incapacités dans la cité.

© Photo, Pierre Fraser

C’est dans ce contexte que s’inscrit ce processus inspiré de la perspective de La Rocca (2007), pour qui « la représentation de la réalité à travers des images est toujours subjective » ; c’est précisément cette subjectivité, latente et structurante des interprétations du monde social, que l’on cherchait à faire émerger afin d’exposer concrètement et permettre la conscientisation des divergences entre l’idéal théorique de la ville inclusive et l’application de ses principes (praxis). Le résultat est une démarche iconographique riche, porteuse de significations diverses faisant écho aux défis que demeurent la participation sociale dans la Ville contemporaine, ainsi que la compréhension des transformations de cette dernière.

Un travail qui in forma façonne le regard, génère un moment où l’ensemble des structures complexes, perceptives, symboliques et significatives à l’égard d’un phénomène social se mettent en place afin d’engendrer une vision en l’occurrence de la ville inclusive en construction. Ici l’image (du latin, imago) est une représentation visuelle d’un objet dont le sens est toujours contextuel et subjectif. C’est ainsi que l’exercice visant à présenter et à discuter des photographies, réalisées pour la plupart en juin 2016, lors d’une rencontre des membres de l’équipe a précisément permis de faire ressortir ce caractère polysémique des images soumises. Dans ce processus, il faut distinguer, selon La Rocca, l’image sociale, qui a une fonction, un rôle dans la société, de l’image du social, qui représente un phénomène social, la condition humaine ; cette dernière intéresse davantage l’analyste ; cela étant dit, il n’est cependant pas exclu qu’au terme de l’activité une image sociale de la ville inclusive soit esquissée.

Certes, il s’agit d’un exercice important pour l’équipe en regard de la programmation de recherche, mais également une réponse positive à l’appel d’article lancé par la Revue Photo | Société, sur le thème de la ville et de ses contrastes. Les photos retenues pour l’article viennent illustrer différentes caractéristiques d’une ville inclusive permettant la participation sociale des personnes ayant des incapacités ou leur contraire, soit la présence d’obstacles créant des situations d’exclusion, ce que nous appelons des situations de handicap. Afin d’organiser le matériel photographique recueilli, nous avons utilisé le concept d’habitudes de vie, soit les activités courantes et les rôles sociaux qui sont valorisés par la personne ou selon son contexte, comme éléments structurant les balises de ce parcours iconographique.

Ce concept d’habitudes de vie est tiré du Modèle de développement humain et du processus de production du handicap (MDH-PPH) de Fougeyrollas (2010) et réfère à des activités courantes (la prise des repas, les communications, les déplacements) ou encore à des rôles sociaux (occuper un emploi, être aux études, avoir des loisirs). Elles assurent la survie et l’épanouissement d’une personne dans la société tout au long de son existence. La qualité de leur réalisation est tributaire de la relation de la personne et de son contexte de vie. Dans cet article, l’accent est mis sur les déplacements, les loisirs et la vie spirituelle et communautaire, la communication comme illustration du caractère inclusif ou non de la société.

L’utilisation de cette méthodologie basée sur la photographie afin de cerner la réalité de la ville, devient un puissant révélateur de ses caractéristiques, tantôt perçues comme des obstacles tantôt comme des facilitateurs dans son développement ainsi que dans l’utilisation de ses infrastructures. On peut y voir le reflet d’initiatives de citoyens pour transformer leur environnement afin de le rendre plus accessible tant bien que mal dans certains cas. Enfin, cette approche méthodologique est également révélatrice des significations diverses et socialement construites qui leur sont attribuées parmi les membres de l’équipe, également des citoyens de la Cité ! En effet, cette démarche est un exercice réflexif qui nous permet d’explorer la manière dont nous concevons cette ville inclusive. Mais comment l’illustrer ? Entre le discours dominant de l’accessibilité universelle et l’expérience vécue de l’utilisation de l’environnement, la ville inclusive se veut davantage un processus qu’une réalité achevée. C’est par ce processus, vécu et animé d’abord par des personnes mettant en commun leurs différences, que la diversité et le vivre ensemble s’incarnent autant dans l’environnement bâti que dans l’espace social.

© Normand Boucher, Émilie Raymond, Patrick Fougeyrollas, Stéphanie Gamache, David Fiset / 2017


► Ville et urbanité / Mobilité / Mobilité réduite


Introduction Déplacements Loisirs Vie communautaire Communication