Version papier couleurs | Version papier noir et blanc
Ce numéro veut rendre compte du fait que la géométrie physique des édifices et des rues est aussi géométrie sociale. D’une part, il y a le réseau visible de la ville et de ses transports, de ses bâtiments, de ses rues et de ses boulevards, de sa signalisation et de ses feux de circulation, de ses quartiers et de ses citoyens actifs. D’autre part, il y a le réseau invisible, sous-jacent, en épaisseur, comme une sorte de ville parallèle, un monde à la marge repérable par un œil exercé, le réseau social en quelque sorte qui, avec ses repères, ses parcours et ses territoires, détermine des types de postures et de vêtements. La frange visuelle urbaine, quant à elle, prend généralement la forme d’un terrain en friche ou d’un bâtiment à l’abandon. Ses limites sont à la fois précises et imprécises. Précises, dans le sens où elles sont géographiquement circonscrites. Imprécises, dans le sens où elles ne sont pas tout à fait socialement circonscrites, c’est-à-dire dont la fonction sociale n’est pas clairement déterminée.

Partant de ces deux concepts visuels, la sociologue Valérie Harvey invite à explorer, à travers la photographie, la géométrie physique et sociale de la ville de Kyoto. Le réseau de transport et les rivières qui traversent Kyoto, tracent, sans le réaliser, un portrait de la population qui l’habite. De cette organisation sociale revisitée en photos, on retrouve l’harmonie tradition-modernité, le rapport à l’intimité et à la pauvreté des Kyotoïtes. Finalement, l’équipe de l’IRDPQ, dirigée par le chercheur Normand Boucher, montre, avec photos à l’appui, que les réseaux routiers et piétonniers, les artères urbaines qu’empruntent les citoyens, les citadins, les habitants de la ville pour leurs déplacements, structurent l’organisation de la ville et contribuent à la configuration des rapports sociaux qui s’y déploient entre les individus et les groupes. Ainsi, les aménagements requis pour un transport collectif garantissant l’accessibilité physique impliquent le formatage d’un ensemble d’éléments tantôt informationnels tantôt technologiques.