Prendre une bonne photo

Prendre une bonne photo, pour Louis Mendes, photographe de rue de New York, se résume comme suit : « Vous n’avez pas besoin de beaucoup de choses pour faire une bonne photo. Vous n’avez pas besoin de lumières et de trépieds. Il suffit de regarder votre sujet, d’évaluer la lumière et de tirer. Vous n’avez pas besoin de prendre mille photos pour avoir une bonne image. Vous avez besoin d’une bonne image. Un seul tir photographique. »

Faut-il ici rappeler que Louis Mendes travaille avec l’une de ces vieilles caméras photo qui ne permet pas, comme le font les appareils numériques (DSLR) d’aujourd’hui, de prendre des centaines de photos. Si la tendance actuelle est à la prise de multiples photos pour finalement choisir parmi celles-ci celle qui sera la meilleure, Louis Mendes suggère plutôt de revenir à cette pratique efficace proposé par Henri Cartier-Bresson, l’instant décisif.

À mon avis, et cet avis n’engage que moi-même, il devient de plus en plus difficile de s’astreindre à obtenir la bonne photo du premier coup, pour la simple raison qu’il est techniquement possible d’en prendre des centaines. Cependant, le seul fait de m’astreindre de temps à autre à cet exercice m’a conduit à tenter de le faire de plus en plus souvent. Et je constate que je m’améliore chaque fois que je le fais. Certes, je suis loin de prétendre que j’atteindrai un jour le niveau que possédait Henri Cartier-Bresson, mais si chacun d’entre nous, en tant que photographe, s’y met, c’est toute la photographie en général qui y gagnera.

© Pierre Fraser (Ph. D.) / sociologue et sociocinéaste, 2018
© Photo entête, Ozier Muhammad, 2018.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.