En 1950, le médecin américain John Goffman suggère que le cholestérol serait responsable de la majorité des problèmes cardiovasculaires[1] : « Certains assurent que le cholestérol sanguin est significativement élevé chez une majorité de patients atteints d’athérosclérose, alors que d’autres le contestent avec vigueur. On peut dire avec certitude qu’un nombre considérable de personnes souffrant des conséquences de l’athérosclérose ont des taux de cholestérol sanguins normaux[2]. »

Comment Goffman en est-il arrivé à une telle conclusion ?

En pleine guerre de Corée, le gouvernement américain dépêche sur place une équipe de pathologistes pour en apprendre un peu plus à propos des blessures de guerre. Dissection après dissection, vérification après vérification, les pathologistes posent un constat auquel nul ne s’attendait : des 300 corps autopsiés, 35 % d’entre eux présentaient des dépôts graisseux sur les parois des artères ; 41 % présentaient des lésions artérielles ; 3 % avaient des dépôts graisseux suffisamment larges pour bloquer une artère coronarienne.

Ce qui surprend le plus les pathologistes, c’est que ces soldats, tous dans la vingtaine, puissent être affectés par un tel problème, corroborant ainsi une certaine hypothèse qui circulait depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale dans les milieux scientifiques voulant qu’il y ait eu une augmentation significative des maladies cardiovasculaires[3] chez les jeunes hommes et les hommes d’âge moyen[4].

La santé publique américaine se mobilise alors pour juguler le problème, investit plus de 4 millions de dollars dans des campagnes d’information visant les aliments gras, met au point des slogans et identifie un coupable : le cholestérol, la molécule responsable de la formation de plaques d’athérosclérose qui boucheraient les artères[5].

La solution au problème est de réduire ou d’éliminer tout ce qui pourrait contribuer à augmenter le niveau de cholestérol dans le sang.

[L’aventure des gras saturés]

© Pierre Fraser (Ph. D. / sociologue), 2018
© Photo : Javier Molina


Références
[1] Gofman, J. W., et al. (1950), « The role of lipids and lipoproteins in arteriosclerosis », Science, vol. 111, p. 166-181.

[2] Idem., p. 166.

[3] Fox, C. S., Evans, J.C., Kannel, W.B., Levy, D. (2004), « Temporal Trends in Coronary Heart Disease Mortality and Sudden Cardiac Death From 1950 to 1999 / The Framingham Heart Study », Coronary Heart Disease, American Heart Association, vol. 110, p. 522-527.

[4] Uemura, K., Pisa, Z. (1988), « Trends in cardiovascular disease mortality in industrialized countries since 1950 », in World Health Statistics Quarterly, Geneva : Division of Epidemiological Surveillance, World Health Organization, vol. 41, n° 3-4, p. 155-178.

[5] Shepard, W. P. (1950), « The American Heart Association as an national voluntary public health agency », in Circulation, vol. 2, n° 3, p. 736-741.