Les risques auxquels l’humanité a toujours été confrontée

06Au cours des deux cent mille premières années de l’histoire humaine, les risques qui ont menacé l’ensemble de notre espèce sont restés relativement constants. En Indonésie, le cratère du Lac Toba est le résultat d’une suréruption volcanique catastrophique qui s’est produite il y a 75 000 ans et qui a relâché environ 2 800 kilomètres cubes de matière dans l’atmosphère. En 1815, l’éjection d’une masse de seulement un centième de volume issue de l’éruption de l’éruption du Tambora (la plus importante de l’histoire récente), fut suffisante pour engendrer l’« année sans été » de 1816, dont les impacts provoquèrent une pénurie alimentaire massive dans tout l’hémisphère nord.

Certaines études empiriques indiquent que l’incident du Lac Toba aurait pu éliminer la grande majorité de la population humaine, bien qu’il s’agisse d’un argument controversé. Dans le cratère de Chicxulub au Mexique, les géologues ont découvert les marques de météorites qui auraient, très probablement, éliminé près de 75% des espèces de la Terre à cette époque, y compris les dinosaures, il y a 65 millions d’années. Cet événement a abouti, en termes d’espaces de niches écologiques disponibles, à l’apparition d’espèces de mammifères, et permettre ainsi en bout de ligne l’apparition des hominidés.

Si nous approfondissons le moindrement l’histoire géologique de la Terre, nous découvrons d’autres incidents encore plus cataclysmiques pour les espèces qui nous ont précédées. L’extinction Permien-Trias a éliminé entre 90% et 96% des espèces du moment. Parmi les causes possibles, les chercheurs retiennent l’hypothèse de l’impact de météorites, d’un changement climatique soudain dû à l’augmentation des émissions de méthane, l’activité volcanique à grande échelle, ou une combinaison de tous ces facteurs. Si nous remontons encore plus loin dans l’histoire de notre planète, les cyanobactéries, qui ont libéré de grandes quantités d’oxygène dans notre atmosphère, ont permis l’émergence de conditions favorables à une vie fondée sur la respiration de l’oxygène, déstabilisant ainsi toute une niche écologique pour qui l’oxygène s’est avérée particulièrement toxique, menant alors à son extinction.

La menace posée par les impacts de météorites ou d’astéroïdes ou de supervolcans n’est pas seulement une chose du passé. En principe, un astéroïde pourrait frapper la Terre à tout moment et sans préavis. Plusieurs points chauds géologiques pourraient déclencher une éruption volcanique. Le plus célèbre de ceux-ci, la Caldeira de Yellowstone, considéré comme mûr pour une autre explosion volcanique massive, pourrait bien entrer en éruption.

Cependant, à l’échelle de l’histoire humaine, ces risques ont une très faible probabilité de se produire au cours du siècle prochain ou au cours des deux ou trois prochains siècles. Il y a 65 millions d’années, depuis l’événement qui a rayé de la carte les dinosaures, les chances que la prochaine occurrence de ce genre se produise au cours de notre vie sont de une pour un million. Quant à la Caldeira de Yellowstone, même si ce volcan est considéré comme « déjà mature », cela signifie que les géologues s’attendent à ce qu’un tel événement se produise au cours des 20 000 à 40 000 prochaines années. En outre, ces menaces sont statiques, car il y a peu de preuves qu’elles puissent se produire à plus moins brève échéance en termes d’échelle de temps humaine.

© Claude Forrest, 2018

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.