Le corps transparent

Le corps transparent, c’est le corps obligé des technologies numériques. C’est la source même du Big Data. Sans transparence, pas de Big Data médical. Mythes et réalités se jouxtent dans ce nouvel univers. C’est la constante confrontation entre les désirs réels des patients et les désirs d’innovations technologiques des nerds.

Quel est ce corps transparent ? À l’aune du Big Data, trois critères objectivent le corps : (i) que fait-il ; (ii) où est-il ; (iii) quelle est sa condition. Un corps en activité se localise dans un milieu donné dans une condition métabolique donnée. L’activité du corps, c’est son historique d’activité — emploi, déplacements, loisirs, sommeil, pratiques alimentaires, exercices. La localisation du corps renvoie à son milieu socioéconomique — milieu de vie, niveau de revenu, niveau de scolarité. L’état métabolique du corps renvoie à l’ensemble des réactions chimiques qui se déroulent au sein du corps pour le maintenir en vie — ces réactions chimiques sont non seulement mesurables, mais permettent aussi d’identifier les organes susceptibles de modifier l’équilibre chimique optimal du corps.

Quel est ce corps transparent ? C’est le corps mesuré, jaugé, chiffré dans tous ses aspects et fonctions. C’est le corps rendu visible par l’ensemble des technologies d’imagerie médicale. C’est la transparence de l’enveloppe matérielle. C’est voir le corps au-delà du corps qui fait écran. Le corps rendu transparent par l’imagerie fonctionnelle parle, s’exprime, rend visible l’invisible. Seuls quelques spécialistes comprennent ce langage, cette grammaire, cette syntaxe du corps. N’interprète pas qui veut l’organe devenu visible. Celui qui interprète, à l’instar de l’Oracle, révèle l’invisible, l’inconnu, le caché. Mais voilà, le Big Data se propose d’éliminer en partie cet intermédiaire, cet Oracle, en donnant la possibilité à chacun d’entre nous d’avoir accès aux données du corps de façon non invasive.

Quel est ce corps transparent ? C’est le génome décrypté. C’est le gène soupçonné d’une quelconque défectuosité. C’est le gène qui nous apprend beaucoup sur nous-mêmes, surtout sur le fait que, pour le moment, cette connaissance est d’une sidérante inutilité, car les thérapies géniques sont à toutes fins pratiques inexistantes. Mais elles viendront ces thérapies géniques. Identifier le problème et le solutionner a toujours été au cœur même de la pratique médicale. Il ne s’agit ici que d’un ordre de grandeur différent, sans plus. D’où l’idée que ces thérapies verront inéluctablement le jour. Volonté de puissance.

Le cerveau transparent, c’est le cerveau en action qui agit, pense, perçoit, sent, ressent, désire, veut. Le cerveau est un indicible qui se veut désormais dicible par technologies interposées. C’est le cerveau désormais lisible, déchiffrable, figurable, objectivable. Ce n’est ni banal ni trivial. C’est le franchissement d’une importante frontière, sinon l’ultime opacité d’un mur qui semblait jusqu’alors impénétrable. Le cerveau transparent, c’est son activité en temps réel enfin visible. Ce qui nous constitue au plus profond de nous-mêmes, ce support de notre conscience, ce support de nos secrets les plus intimes, ce support de nos rêves, ce support de nos pulsions et de nos ambitions est sur le point de se révéler. Certains disent qu’il est impossible, en analysant les neurones de « voir » la conscience, tout comme l’encre au bout du crayon ne permet pas de « voir » l’œuvre dans son intégralité. Ils ont tort, pour la simple raison que nous ne disposons pas encore pour le moment d’une Théorie du cerveau.

Avant Copernic, avant Newton, avant Einstein, avant Stephen Hawking, personne n’avait une théorie de l’univers solide et fiable. Du moment que nous disposerons d’une théorie solide et fiable à propos du cerveau, peut-être verrons-nous la conscience. Peut-être l’expliquerons-nous. Qui sait ? Une chose est certaine, constamment animée de cette volonté de puissance qui anime l’espèce à se dépasser, il ne s’agit que d’une question de temps.

© Pierre Fraser, Ph.D., 2017 / texte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s