De la précarité à l’angoisse du revenu

Articles / Capsules

Louise Chabot, présidente de la Centrale des Syndicats du Québec, explique en quelques mots clairs et concis ce qu’est la précarité et quel en est l’impact direct sur les travailleurs.

L’impact de la faible rémunération propre à l’emploi précaire est particulièrement évident. Pour améliorer leur sort financier, les travailleurs ayant des emplois précaires doivent travailler de longues heures pour obtenir un revenu suffisant ou assumer plus de responsabilités en détenant plusieurs emplois. Les travailleurs migrants temporaires font face à des situations encore plus difficiles. Ainsi, les travailleurs saisonniers sont liés à un employeur unique et ne peuvent pas circuler dans le marché du travail, ce qui fait qu’ils n’ont même pas le droit d’avoir recours à la stratégie compensatoire inadéquate de cumul d’emplois.

L’emploi précaire entraîne des coûts importants pour les employés vulnérables, leurs familles et la communauté en général. Ces coûts connexes sont souvent cachés parce qu’ils sont difficiles à quantifier et que leurs liens avec l’emploi peuvent être indirects. Bien qu’il serait utile d’effectuer des études publiques et théoriques plus détaillées à ce sujet, on constate de plus en plus que les coûts liés à l’emploi précaire se situent dans des domaines comme la santé, l’épanouissement personnel et le développement communautaire, ainsi que les études et la formation.[186] Il est plus difficile d’évaluer comment évolue l’attitude qui conforte l’idée que les choses restent immuables malgré le temps qui passe1.

_______________
1 Commission du Droit de l’Ontario, Impact du travail précaire dans la vie des travailleurs.

© Pierre Fraser, Ph. D., 2017 / vidéo