En libre glissade !

Articles / Scènes de rue

Les aires de jeux conçu pour les enfants ont ceci de particulier, qu’ils offrent, à la fois au photographe et au sociologue, un milieu « aseptisé » pour y réaliser de bonnes photos et des analyses sociologiques pertinentes. Cette aire de jeu, sise au Camping de la Diable de la municipalité de Mont-Tremblant (Québec, Canada), est représentative des ces milieux où l’enfant n’a pas à inventer le jeu, mais à être conditionné par celui-ci.

La conception même de l’aire de jeu amène l’enfant à faire tel ou tel type de mouvement plutôt qu’un autre, à adopter des postures corporelles plutôt que d’autres. Ces aires de jeux sont également des lieux-mouvements, c’est-à-dire des lieux de connectivités concrètes et symboliques pour les gens, tout comme des lieux de socialisation. Ces connectivités résident autant dans les pratiques de cet espace que dans les différents plans de lectures cognitives et symboliques que cet espace favorisera à travers ses repères, ses parcours et des réseaux.

Autrement dit, et en termes plus simples, une aire de jeux, par son seul format et sa seule disposition, oblige les enfants à socialiser d’une certaine façon plutôt qu’une autre, tout comme à bouger d’une certaine façon plutôt qu’une autre.

Et c’est justement ce que ces deux photos révèlent en matière de posture corporelle où la position de la fillette est plus ferme et assumée à la fin de la glissade, alors que celle du très jeune garçon, qui ne marche pas encore, est hors contrôle où le corps est assujetti aux seules forces de la vitesse et de la gravité. En ce sens, les installations de cette aire de jeu conditionnent les postures corporelles, amènent l’enfant à adopter la posture corporelle appropriée.

En glissade libreEn glissade libre

pierre-fraser-sociocineaste-site© Pierre Fraser, Ph. D., 2016
Éditeur en chef, Photo | Société