Trump, un logo pour ce président mal-aimé

Articles / Arrêt sur image

trump-08La croix gammée du régime nazi, le swastika, est un repère visuel puissant. Il renvoie inévitablement à une sombre période de l’histoire de l’humanité où les juifs furent éliminés par millions. Qui que nous soyons, le symbole exerce une pression visuelle indéniable, parce qu’il est socialement partagé.

En matière de sociologie visuelle, il importe de revenir sur les symboles nazis à la fois comme marque de commerce et à la fois comme formes visuelles d’oppression qui s’articulent autour d’un type de symétrie, d’un choix de couleurs spécifiques, de répétition de certains éléments visuels et de leur positionnement dans l’espace géographique et médiatique. En fait, tout design, quel qu’il soit, a un effet indéniable sur la représentation que nous nous faisons du monde, et il faut voir comment il est possible de récupérer les symboles pour les réintroduire dans la trame visuelle contemporaine.

trump-09C’est ici qu’intervient le designer industriel américain Tucker Viemeister avec sa proposition d’un logo pour le mal-aimé président Donald Trump. Décliné de la croix gammée nazi, Viemeister propose une variante qui remplace la croix gammée par un « T ». Le rendu est intéressant à plus d’un égard, car dans un contexte où le président Trump refuse l’entrée à certains immigrants musulmans, il devient facile de faire un parallèle avec la relation que le régime nazi entretenait avec les Juifs. Par contre, au-delà de cette connotation, il n’en reste pas moins que le design d’un logo n’est ni banal ni trivial. Tout ce qui fait symbole, tout ce qui renvoie à un système de valeurs à travers un symbole a un impact social.

Pour montrer à quel point la dynamique proposée par Viemeister fonctionne, j’ai repris son concept et j’en ai fait un étendard que j’ai accroché au portique de la Maison Blanche (qui est elle-même un symbole puissant du pouvoir), tout comme le faisait le régime nazi sur certains édifices. En fait, je fais ici de l’insolite en contexte, c’est-à-dire que la réalité sociale se construit toujours à partir de contrastes.

trump-02

trump-03

© Pierre Fraser, 2017 (texte)