« La vie secrète des musulmans », la Web Émission qui dérange

Articles / Action

The Secret Life of Muslims fait partie de ces Web Émissions que personne n’attendait. Dans un contexte où le président américain Donald Trump a décrété un embargo sur les immigrants musulmans en provenance de 7 pays, dans un contexte où l’attentat du Centre culturel islamique de Québec a conduit au décès de six musulmans en prière le dimanche 29 janvier 2017, la diffusion de cette Web Émission peut, soit sembler provocatrice, soit sembler vouloir tisser des liens entre les différentes confessions religieuses.

L’idée fédératrice de la Web série est la suivante : (i) si le non-musulman est exposé à des musulmans dans son quotidien, il sera plus enclin à accepter les importantes différences culturelles qui les séparent et à soutenir l’immigration musulmane ; (ii) si le non-musulman est plus exposé à des discours et des représentations médiatiques qui stigmatisent les musulmans, il sera plus enclin à soutenir des actions militaires en pays musulmans tout comme de soutenir des politiques étatiques discriminatoires envers les musulmans.

Cette thèse de l’exposition à la réalité musulmane gagne de plus en plus de terrain auprès de la gauche. D’ailleurs, lors de la couverture médiatique de Radio-Canada, le lendemain de l’attentat du Centre culturel islamique de Québec, l’animatrice de radio, Catherine Lachaussée (Radio-Canada, Québec), a souligné que « si on a des amis musulmans dans son entourage, on a tendance à moins se radicaliser ». Autrement, c’est tout le procès de ce que la gauche considère comme de la trash radio qui a été à l’ordre du jour depuis le 30 janvier 2017, ce qui tendrait à conforter la thèse voulant que plus on connaît les musulmans, plus on les accepte, et que plus on les stigmatise plus on les rejette.

Conçue et dirigée par Joshua Seftel, cette Web série cherche, avec critique et humour, à exposer les auditeurs non-musulmans aux musulmans typiques vivant aux États-Unis. Chaque épisode tente d’incarner ce que le célèbre érudit Reza Aslan dit dans l’un des épisodes : « Le fanatisme n’est pas un résultat de l’ignorance, c’est un résultat de la peur. Et la peur est imperméable à l’information. La seule façon de dissiper cette peur consiste à amener à mieux connaître les gens dont nous avons peur. »

D’un strict point de vue sociologique, il reste maintenant à savoir dans quelle mesure ce genre d’initiative est susceptible de modifier le lien social des sociétés occidentales confrontées à l’immigration musulmane.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s