Un parcours iconographique de l’urbanité inclusive

La version intégrale de cet article de l’équipe de Normand Boucher
est disponible ici dans le numéro Photo | Société, vol. 2, n° 2.

irdpq-01Les réseaux routiers et piétonniers, les artères urbaines qu’empruntent les citoyens, les citadins, les habitants de la ville pour leurs déplacements, structurent l’organisation de la ville et contribuent à la configuration des rapports sociaux qui s’y déploient entre les individus et les groupes. Ainsi, les aménagements requis pour un transport collectif garantissant l’accessibilité physique impliquent le formatage d’un ensemble d’éléments tantôt informationnels tantôt technologiques, au sens défini dans le MDH-PPH (Fougeyrollas, 2010). Les déplacements et l’orientation des personnes ayant des incapacités visuelles sont facilités par l’utilisation de matériaux ou de facilitateurs qui indiquent l’arrivée ou la présence de transitions, par exemple du trottoir vers la rue. Certes, on y décèle une préoccupation pour la sécurité, mais aussi une prise en compte de la réalité de personnes qui utilisent des patrons de déplacement qui sont caractéristiques de leurs rapports fonctionnels singuliers à l’environnement en raison de leurs incapacités. Il s’agit enfin d’un marqueur social qui rend compte d’une certaine manière de la diversité de la population de la Cité. Par contre, les déplacements et l’utilisation du territoire et des infrastructures de la Ville peuvent être entravés pour diverses raisons. L’hiver en est un exemple facile à citer. L’accumulation de neige aux intersections dissimule les facilitateurs mis en place et crée de nouveaux obstacles temporaires limitant les déplacements des personnes ayant des incapacités.

[…] Version intégrale ici

irdpq

La Cité contemporaine est composée d’un ensemble d’espaces sociaux au sein desquels des dynamiques se mettent en œuvre, qui viennent structurer et transformer les rapports qu’entretiennent les individus et les groupes avec ces lieux d’animation et de circulation physique et émotionnelle. Ces espaces rendent compte de l’utilisation et de l’aménagement du territoire qui révèlent l’existence d’une diversité d’utilisateurs aux caractéristiques personnelles et sociales variées. Ainsi, la Cité aménage tantôt des zones réservées à une fonction spécifique, soit l’utilisation du temps libre pour des activités récréatives, tantôt des parcours qui viennent transfigurer sa géographie et son urbanité et permettent à la personne d’habiter, de se déplacer, de s’entraîner et de jouir de son humanité. Ici encore, les photos présentées illustrent la prise en compte de la diversité de la population caractérisée par une variété d’aptitudes et d’histoires qui influencent l’usage des infrastructures collectives et de l’environnement, lequel est l’objet de transformations.

La version intégrale de cet article de l’équipe de Normand Boucher est disponible ici dans le numéro Photo | Société, vol. 2, n° 2.

© Normand Boucher, Émilie Raymond, Patrick Fougeyrollas, Stéphanie Gamache, David Fiset, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s