L’instant décisif

L’instant décisif, un concept longtemps attribué par les experts à la photographie d’Henri Cartier-Bresson, est définitivement réducteur à plus d’un égard. Certains lui préfèrent le concept de tir photographique, qui veut prendre le contexte en compte. Ma vision de la chose est différente, à savoir que je considère que l’instant décisif et le tir photographique sont deux moments dans l’accomplissement de l’acte photographique. Je m’explique. Partant de l’idée que, dans le champ de la sociologie visuelle, la photographie veut rendre compte de la réalité sociale à travers l’image fixe, il faut tout d’abord être au bon endroit au bon moment afin d’y parvenir pour repérer une situation sociale contrastée. Il s’agit là d’une condition sine qua non, mais comme il est fondamentalement impossible de remplir cette condition, tout est alors question de sérendipité.

Définitions

Situation sociale contrastée : situation où la stratification sociale se manifeste sous une forme ou une autre.

Instant décisif : moment où le photographe, totalement à l’affût de son environnement, repère mentalement, en une fraction de seconde, le potentiel d’une situation sociale contrastée.

Tir photographique : moment où le photographe, après avoir été dans un état d’instant décisif, réagit rapidement à la situation sociale contrastée et procède rapidement à une succession de prises de vues.

Exemple

Les trois photos qui suivent sont représentatives de ces trois définitions. En juillet 2015, je déambulais dans le quartier St-Roch de la Ville de Québec. Ce quartier, en plein processus de revitalisation (gentrification), est caractéristique de la mixité sociale : les chances (sérendipité) pour qu’une situation sociale contrastée se produise sont dès lors d’autant augmentées. Alors que je me trouvais devant un bistro qui avait installé des chaises et des tables sur le trottoir, je vois une dame assise à une table, dont le chien est assis sur la chaise qui lui fait face, et à ma droite, je vois l’un de ces individus défavorisés qui arpentent régulièrement les rues du quartier St-Roch.

Mon instant décisif a été de comprendre tout le potentiel de la situation et de réaliser le tir photographique : (i) je devais photographier l’individu défavorisé qui se dirigeait vers la dame assise à la table avec son chien ; (ii) je devais photographier le chien et la dame assis à la table ; (iii) je devais photographier l’homme qui s’éloignait du chien et de la dame avec en premier plan le chien et la dame assis à la table.

À mon avis, pour arriver à saisir de telles réalités sociales, il faut développer cette capacité à repérer la situation sociale contrastée. Et le seul moyen d’y parvenir, c’est de s’y exercer, d’être sur place, d’être patient, observateur, éveillé et à l’affût. En sociologie visuelle, c’est là que toute la théorie sociologique apprise prend son sens, en ce qu’elle permet d’être rapidement mobilisée pour repérer une situation sociale contrastée qui provoquera l’instant décisif qui se traduira éventuellement par un tir photographique (suite de clichés révélateurs).

chien-assis-a-la-table

chien-assis-a-la-table

chien-assis-a-la-table

© Pierre Fraser, 2015.