Précarité : du salariat au précariat (documentaire)

Precarité-03La précarité cristallise l’angoisse sociale bien au-delà de la pauvreté et de l’instabilité : « Aurai-je un emploi demain ? » ; « Mon entreprise va-t-elle délocaliser une certaine partie de sa production ? » ; « J’ai un bacc, et pourtant, je travaille chez McDo. » ; « En 5 ans j’ai changé trois fois d’emploi… » Malgré tout, tous ne s’entendent pas à propos de la notion de précarité.

Une chose est certaine, le concept même de précarité est en totale opposition avec le modèle fordiste de l’emploi à temps plein. En fait, la précarité s’allie si bien au discours néolibéral de la flexibilité, elle serait à ce point la condition moderne du progrès, que l’insécurité fondamentale est devenue le lot de certains groupes de la société. C’est ce que le réalisateur, Pierre Fraser, a tenté de mettre en lumière dans ce documentaire avec des intervenants de différents horizons.

Pour le président de la CSN, Jacques Létourneau, les importantes mutations survenues au cours des dix dernières années dans le monde du travail sont clairement à l’origine d’une forme de travail de plus en plus précaire. Pour la présidente de la CSQ, Louise Chabot, non seulement le constat n’est-il pas plus reluisant, mais personne ne semble vraiment être préoccupé par le problème, alors qu’il faudrait particulièrement s’y intéresser. Alors que les sociologues Mircea Vultur et Isabelle Couture viennent nuancer les propos des deux chefs des deux plus grandes centrales syndicales québécoises, Madeleine Gauthier et Lydia Arsenault posent un regard sur une réalité qui n’a strictement rien d’académique : la précarité, qu’elle soit en emploi, qu’elle soit financière ou matérielle, touche de plus en plus de gens.