L’enfant et le chien

Sociologie Visuelle

« J’observe, j’observe, j’observe, c’est par les yeux que je comprends » confiait le grand photographe français Henri Cartier-Bresson. Il disait aussi que, lorsque vient le moment de photographier quelqu’un, il s’agit de « la chose la plus difficile. [car] C’est un point d’interrogation posé sur quelqu’un. » Loin de moi la prétention de me comparer à Cartier-Bresson, mais juste de tenter, ne serait-ce qu’infinitésimalement, de comprendre par les yeux l’être humain. En ce sens, les deux photos que voici ont été prises lors d’un réveillon de Noël chez ma fille. La jeune enfant que vous voyez connaît la chienne Wendy, une Bouvier bernois âgée de 5 ans, que depuis une heure. Ce que j’ai voulu ici traduire, c’est la candeur de la relation entre les deux êtres vivants, montrer cet instant si fugace et si intemporel à la fois.

▼ Prise 1 : le sourire naissant de l’enfant, l’inconditionnelle docilité du chien
Enfant-Chien-01 : © Pierre Fraser, 2015

▼ Prise 2 : un sourire candide, une main posée sur la tête du chien, un bref moment de complicité
Enfant-Chien-02 : © Pierre Fraser, 2015

Sociologie Visuelle

© Pierre Fraser (Ph. D.), 2015 (texte et photos)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s