Les territoires visuels

Définition
1. Un territoire visuel est avant tout géographiquement délimité : en milieu urbain, il correspond généralement à un quartier ; en milieu rural il regroupe des aires aux propriétés et caractéristiques similaires. 2. Un territoire visuel est essentiellement composé de repères visuels socialement identifiables et décodables par ceux qui habitent ledit territoire, repères qui eux-mêmes tracent des parcours visuels, qui tracent également des parcours d’appartenance à une classe sociale ou à une sous-culture. 3. Le territoire visuel n’est pas seulement tributaire du géométrique. Interviennent aussi les postions du quartier dans l’espace urbain global, les passés historiques des quartiers, les résidus de ces passés, les images que s’en construisent les habitants et les étrangers. Tout cela se constitue sous forme de filtres superposés, inclusifs ou exclusifs.

Il va sans dire que les repères visuels d’un quartier défavorisé et d’un quartier huppé ne sont pas du tout les mêmes. Conséquemment, les parcours que tracent ces repères visuels déterminent des comportements sociaux et des attitudes sociales différenciées. Par exemple, dans un quartier huppé, le bon entretien des bâtiments, le type d’aménagement paysager, le mobilier urbain ni dégradé ni graffité, le sentiment de sécurité qui y prévaut, le calme qui semble imprégné les lieux, les installations publiques de bonne qualité, sont tous des éléments, et il y en a bien d’autres, qui s’opposent tous à ceux d’un quartier défavorisé. Comme cas de figure, il est tout à fait pertinent d’évoquer deux quartiers de la ville de Québec : le quartier St-Roch et le quartier Le Mesnil.

_focus-04bLe quartier St-Roch, ancien quartier central, est, depuis quinze ans, en plein processus de revitalisation. Délimité au sud par le boulevard Charest, à l’est par le Boulevard des Capucins, à l’ouest par le Boulevard Langelier, et au nord par la rue Prince-Édouard. Le quartier est au carrefour de toutes les défavorisations et de toutes les revitalisations de la ville de Québec et se veut dans le même souffle un modèle de mixité sociale.

Le quartier Le Mesnil, établi au début des années 1980, situé dans le secteur Lebourgneuf, derrière le centre commercial Les Galeries de la Capitale, est bordé au sud par le Boulevard Lebourgneuf, à l’est par le Boulevard des Gradins, à l’ouest par le Boulevard Robert-Bourassa, au nord par la rue Chauveau. Le quartier est à 80 % composé de demeures valant en moyenne 800 milles dollars et de 20 % de logements plus modestes dédiés à la strate médiane de la classe moyenne.

Déambuler dans le quartier St-Roch et déambuler dans le quartier Le Mesnil sont deux expériences sociales totalement différentes.

Déambuler dans le quartier St-Roch, c’est vivre l’urbanité dans sa pleine dimension, être confronté au trafic incessant, traverser des intersections achalandées, rencontrer des SDF et des gens démunis, côtoyer des bobos et des hispters fréquentant des restaurants et des commerces branchés, assister à l’éviction graduelle des démunis et à la transformation de vieux immeubles en lofts ou en condos hors de prix. C’est aussi fréquenter des commerces de proximité, être inclus dans une vie sociale organisée soit autour de services d’entraide pour les démunis, soit autour d’endroits bon chic bon genre pour des gens relativement bien nantis.

_focus-04aDéambuler dans le quartier Le Mesnil, c’est vivre la vie de la banlieue nord-américaine, paisible, calme, presque sans histoire. Ce sont des maisons cossues, des monster houses où vivent en moyenne au plus 4 personnes, où logent généralement deux véhicules — voiture de luxe, 4 x 4 — dans le garage attenant, où la grande piscine creusée fait le bonheur de toute la famille pendant le bref été québécois, où la terrasse et le B.B.Q. font les délices de tous le soir venu.

Par contre, peu importe le quartier, les repères visuels propres à un quartier donné peuvent aussi bien jalonner que générer des parcours. Leur fonction est donc autant socialement classificatoire que déterminante dans le choix d’un rôle social. C’est aussi à travers ces parcours visuels que les flux de déplacement traversent l’espace urbain pour relier entre eux des pôles d’échanges qui vont fonctionner comme « bassins attracteurs ». Par exemple, dans le quartier St-Roch, pour les gens défavorisés, ces bassins attracteurs seront le Centre Ozanam de la Société de St-Vincent de Paul, les banques alimentaires, les tavernes, la maison l’Auberivière pour les SDF, la Maison Gilles Kègle pour ceux qui vivent dans une pauvreté quasi abjecte. Pour les biens nantis du quartier, ces bassins attracteurs seront tous ces cafés et bistros branchés qui, le midi ou le soir venu, font office de lieux de socialisation.

En fait, la ville comme macroterritoire se fragmente ainsi en une multitude de microterritoires (quartiers) possédant leurs propres repères et parcours visuels. Ces derniers ressuscitent d’anciennes pratiques urbaines : celles de l’échange local, la survie de « villages » dans la ville. Tout cela suppose des parcours jalonnés de repères visuels qui renvoient à des pratiques sociales spécifiques et différenciées.

Identifier les repères visuels propres à un quartier c’est aussi établir une carte des parcours propres à ce territoire en fonction des clientèles qui le traversent. Il serait particulièrement intéressant que des gens de différentes disciplines identifient ces repères et parcours dans certains quartiers défavorisés des grandes villes pour tenter de voir s’il existe une logique visuelle sous-jacente commune à ceux-ci. Il est peut-être là le défi de la sociologie visuelle, à savoir montrer la logique visuelle inhérente à différents microterritoires.

© Pierre Fraser (Ph. D.), 2016 (texte et photos)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s