Les méthodes de la sociologie visuelle

Articles / Focus

Il est généralement convenu que trois méthodes participent à la pratique de la sociologie visuelle : la sociologie avec les images ; la sociologie sur les images ; la restitution des résultats. En se fondant sur les travaux de John Grady7, La Rocca8 propose les distinctions suivantes :

Sociologie avec les images
L’image est utilisée comme instrument de collecte des informations. Différentes techniques sont utilisées : photo elicitation ; native image making ; recherche photographique ; enregistrement vidéo de l’interaction.

La photo elicitation (entretien avec appui d’images), où le chercheur et l’interviewé se concentrent sur les images sélectionnées par le chercheur. Par exemple, en examinant les deux images suivantes, que pouvez-vous retirer comme informations à propos de cette pratique de la pêche ?

▼ Pêcheur isolé, Parc Chauveau (Québec)
peche-solitaire-01 : © Pierre Fraser, 2015
▼ Groupe de pêcheurs, Parc Chauveau (Québec)
peche-solitaire-09 : © Pierre Fraser, 2015La native image making, de dérivation anthropologique, est une technique utilisée spécifiquement dans les études des diverses cultures : cette technique se base sur l’acte de photographier où il est simplement demandé aux sujets de raconter visuellement des aspects de leur vie.

▼ A Chinese merchant’s family (1886), Edward Bangs Drew
culture-01 : © Pierre Fraser, 2015La recherche photographique sur le terrain, fondée sur l’observation participante, avec pour différence, qu’ici, le chercheur prend avec lui la caméra ou l’appareil photo plutôt qu’un dictaphone. Comme dans l’observation participante, trois phases en régissent la pratique : prendre des photos du lieu et des objets d’analyse ; confronter les hypothèses avec les images obtenues ; enregistrer des communications verbales le cas échéant.

Discussion avec une dame à vélo, quartier St-Roch (Québec)
Le sociologue, qui fait de la sociologie visuelle, doit avoir cette capacité à entrer facilement en contact avec les gens dans les situations les plus diverses aux fins de sa recherche.

rencontre-01 : © Pierre Fraser, 2015

L’enregistrement vidéo de l’interaction, où il s’agit d’enregistrer sous forme vidéo un entretien. Il est alors possible de parler de la communication visuelle comme d’un échange communicatif, c’est-à-dire mettre en commun une relation dans une forme de communication verbale et non verbale.

Sociologie sur les images
Cette méthode se fonde sur l’interprétation, c’est-à-dire l’identification des significations symboliques des images produites dans l’activité sociale et l’explication du processus d’identification et d’analyse des significations symboliques produites dans le but de raconter une histoire.

▼ Couple âgé défavorisé, quartier St-Roch (Québec).
Cette photo fait partie d’une étude sur les postures sociales, et cherche à montrer la signification symbolique du vêtement dans le regard des autres.

defavorisation-04Restitution des résultats
Cette dernière phase inclut la visualisation — c’est-à-dire la représentation des notions ou l’organisation des informations sous forme de photo ou de vidéo — et la production, où l’on montre les images produites sur le terrain. Les résultats de la recherche sont présentés sous forme d’un texte sociologique visuel.

Certes, toutes ces techniques peuvent être utilisées pour faire de la sociologie visuelle. Par contre, dans un contexte où l’image prend de plus en plus de place, où chacun avec son téléphone intelligent est en mesure de saisir la réalité (photo, vidéo) et de la diffuser à un grand nombre de personnes par le truchement des médias sociaux, il faut peut-être envisager autrement la pratique de la sociologie visuelle. Non pas que les pratiques plus classiques n’ont plus leur place, mais bien qu’elles doivent s’inscrire dans une démarche plus globale qui, elle, reprendra à son compte ces techniques pour les refondre dans une pratique qualitative plus large, tout en n’oubliant pas que la finalité de la sociologie visuelle est de mieux analyser la réalité sociale, l’expérience, le vécu et la construction sociale de sens. Par exemple, la photo suivante se situe dans le cadre d’une recherche visuelle sur le commerce maraîcher saisonnier dans un marché public où je tente de saisir les postures sociales des gens qui y font commerce.

▼ Vendeuses de maïs, Marché public du Vieux-Port (Québec)commerce-02 : © Pierre Fraser, 2015© Pierre Fraser (Ph. D.), 2015, (texte et photos)

Articles / Focus
____________________________
1 Grady, J. (2001), « Becoming a visual sociologist », in Imagination, vol. 38, n° 1-2, The Quarterly Journal of the Wisconsin Sociological Association, p. 83-119.
2 La Rocca, F. (2007), « Introduction à la sociologie visuelle », Sociétés, vol. 1, n° 95, p. 33-40 [33].

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s