La montée en puissance des nerds

Extrait du livre Domination Technologique (p. 130-132). Téléchargez le livre.
Faire un don via PayPal pour soutenir le projet Enquêtes sociologiques :
2,50 € | 3,50 $ | 2,00 £.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que la Révolution industrielle tournait à plein régime, la technologie avait constamment un pas d’avance sur l’éducation dans un contexte d’éducation publique déficiente. Tout individu qui disposait alors des compétences requises était assuré d’un emploi très rémunérateur. En l’espace de moins d’une cinquantaine d’années, après des investissements massifs de la part de l’État dans l’éducation publique, tant aux États-Unis qu’en Europe, l’écart entre technologie et éducation s’est trouvé réduit de façon significative. De 1870 à 1950, pour chaque décennie passée, une augmentation de l’ordre de 0,08 année de scolarisation s’est ajoutée[1]. Autrement dit, chaque nouvelle génération était constamment plus scolarisée que la précédente et l’écart entre technologie et éducation est finalement presque au pair au début des années 1950. L’invention du microprocesseur, au milieu des années 1970, réamorce l’ancienne dynamique de la Révolution industrielle : la technologie reprend graduellement le pas sur l’éducation[2], d’où la montée des nerds. De 1979 à 2005, l’écart salarial entre un diplômé de niveau secondaire et collégial est passé du simple au double[3], phénomène essentiellement dû au retour sur les investissements effectués dans le secteur de l’éducation post-secondaire au sortir de la Seconde Guerre mondiale[4].

Il serait évidemment irresponsable de remettre en question les investissements importants qui ont été effectués depuis les soixante dernières années dans les sociétés industrialisées dans le secteur de l’éducation post-secondaire. Ce qui a par contre été sous-estimé, c’est justement le retour sur investissement. D’une part, il ne fallait pas être un clerc pour se rendre compte que toute personne possédant un diplôme collégial ou universitaire serait dans une meilleure situation économique qu’un individu titulaire d’un diplôme de niveau secondaire. D’autre part, personne n’aurait pu prévoir que, dans une économie qui deviendrait de type « le-gagnant-rafle-tout » où la haute technologie domine, ceux qui disposent d’un diplôme collégial ou universitaire dans le secteur des technologies allaient non seulement mieux tirer leur épingle du jeu, mais allaient économiquement surclasser ceux n’ayant pas une telle formation.

Dans un contexte où l’écart entre technologie et éducation va grandissant, où l’écart entre salaires va augmentant, dans une économie de type « le-gagnant-rafle-tout » où la haute technologie domine, tous les éléments étaient réunis pour la montée d’une caste de technologues, de hackers, de programmeurs, de petits génies et de nerds qui allaient consolider la base dont l’élite technocratique avaient si essentiellement besoin. Cette convergence de phénomènes a conduit à la mise en place d’une élite très instruite qui rafle la majorité des salaires les plus intéressants. Elle est là, pour une certaine part, l’explication de l’inégalité salariale dans les sociétés industrialisées.

Pierre Fraser, 2016
Creative Commons

[1] Goldin, C., Katz, L.F. (2008), The Race between Education and Technology, New York : Belknap Press.

[2] Hotchkiss, J., Shiferaw, M. (2011), « Decomposing the Education Wage Gap : Everything but the Kitchen Sink », Federal Reserve Bank of St. Louis, vol. 93, n° 4, p. 243-271.

[3] Philippon, T., Reshef, A. (2011), Wages and Human Capital in the U.S. Finance Industry : 1909-2006, Working Paper.

[4] Lemieux, T. (2006), « Increasing Residual Wage Inequality: Composition Effects, Noisy Data, or Rising Demand for Skill? », The American Economic Review, vol. 96, n° 3, June, p. 461-498.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s