Sécurité d’emploi ?

Articles / Société

Tout employeur, quel qu’il soit, devrait-il garantir la sécurité d’emploi ? Pour la sociologue du travail Isabelle B. Couture, comment est-il possible de garantir la sécurité d’emploi si le carnet de commandes de l’entreprise se tarit rapidement ? Dans un monde où la nature même du travail se transforme au rythme où les technologies colonisent de plus en plus les emplois du secteur des services, comment faut-il désormais envisager la nature du lien d’emploi ?

En fait, « selon la théorie des différences compensatoires, les travailleurs accordent une valeur économique à l’ensemble de leurs conditions de travail, tant monétaires que normatives. Ils sont donc prêts à échanger une part de salaire contre une part de sécurité ou vice versa. Au Québec, comme la sécurité d’emploi dont bénéficient les salariés du secteur public est généralement supérieure à celle dont jouissent leurs homologues dans le privé, on doit s’attendre à retrouver au public, en contrepartie, des taux de salaire inférieurs à ceux pratiqués dans le privé, toutes choses égales par ailleurs. Mais l’ampleur de cette différence compensatoire reste pour l’instant inconnue puisque nous ne disposons pas d’études qui traduisent la valeur de la sécurité d’emploi en dollars. Il s’agit pourtant d’une question clé puisque ce montant permettrait d’apprécier la légitimité des revendications salariales des syndicats. »

© Pierre Fraser, Ph.D., 2017 / vidéo