Mise en réseau de l’individu

Dans une société calquée sur le réseau numérique — il faut se faire à l’idée — l’individu n’est qu’un nœud du réseau auquel on peut se connecter à volonté ou duquel on peut se déconnecter à volonté. Les relations avec autrui s’entrelacent dans une suite ininterrompue de connexions et de déconnexions aléatoires ou prédéterminées, choisies ou subies.

Dans une logique où les relations avec autrui sont de plus en calquées sur celles qui prévalent dans le réseau numérique — ouverture, partage, collaboration, instantanéité, immédiateté, transparence —, c’est-à-dire, fondées sur les protocoles techniques d’Internet, l’individu connecte et se déconnecte désormais de ses semblables au sens propre du terme. Il reprend contact avec ceux-ci lors de la prochaine connexion.

Pourquoi serait-il nécessaire de mettre à profit le talent et l’expérience d’un individu dans une société de type réseau numérique ? Parce que le talent et l’expérience ne peuvent faire les frais d’une suite constante de connexions et de déconnexions. Ils exigent une certaine constance, chose impossible dans un réseau numérique. La constance coûte cher en terme d’investissement, non pas seulement sur le plan financier, mais aussi sur le plan personnel. S’investir dans une relation exige un engagement et un investissement. Dans un réseau numérique, l’engagement n’est même pas un critère de fonctionnement. C’est même un handicap. Le réseau numérique est à ce point efficace que tout retour en arrière est pratiquement non envisageable.

Tentons, ensemble, pour un instant, de visualiser un immense réseau numérique de type Internet où les principaux nœuds ne sont pas des individus, mais des entreprises, mondialisation oblige. Par exemple, du nœud de notre entreprise partent des dizaines ou des centaines de liens qui se relient à chaque nœud que sont les employés de celle-ci : c’est le sous-réseau de l’entreprise. Poursuivons notre effort de visualisation. Imaginons maintenant que, du nœud de notre entreprise, partent des dizaines ou des centaines de liens vers les nœuds d’autres entreprises. Imaginons aussi tous les liens qui partent du nœud d’autres entreprises pour se brancher au nœud de notre entreprise. Imaginons maintenant, tous les infimes liens qui peuvent exister entre les nœuds que sont les employés d’une entreprise vers les nœuds d’autres employés d’autres entreprises. Poussons encore plus loin notre effort d’imagination. Imaginons que certains nœuds qui représentent des entreprises connectent plus que d’autres : nous savons maintenant qui sont les principaux acteurs économiques. Poussons encore plus loin notre vision. Étant donné que les nouvelles technologies permettent d’obtenir en temps réel une image de l’état de connexion du réseau numérique global, nous pourrions même voir, en temps réel, un nœud majeur s’enfler ou se contracter, comme le fait le cœur, au fil des connexions et des déconnexions qui vont vers lui ou qui en sortent. Il y a là quelque chose d’absolument fascinant. Et ce quelque chose de fascinant, c’est notre avenir, une vie vécue dans la connexion et la déconnexion permanentes.

© Pierre Fraser, 2016

3 thoughts on “Mise en réseau de l’individu

  1. Je trouve cette perspective plus inquiétante que fascinante. Ceci dit, ton analyse le sera assurément.

    Comme il existe des investisseurs stratégiques qui misent sur un rendement à long terme et d’autres qui font du « day trading » pour espérer un gain très rapide (voire même en terme de secondes), il co-existe des profils qui nourrissent des relations à plus long terme et d’autres qui favorisent les connexions-déconnexions. Ceux qui recherchent des « fuck friends » dans la vingtaine, recherchent probablement davantage un/une complice à long terme un peu plus tard.

    Parmi les hommes et les entreprises, certains sont des goulots, d’autres des synapses 😉

    J'aime

  2. Est-ce cela que vous définissez comme l’ère du TransModernisme ? Après la notion de conscience global comme émergence d’une synthèse des TOP-retweeter instantanés , vous pensez identifier le cœur du Leviatan mondial dans les super-noeuds du réseau ?
    Est-ce les outils de visualisations et de cartographie du réel qui obligent (contraignent) vos analyses (discours sur le réel) ou bien est-ce que suite à vos analyses, il vous semble que c’est tel ou tel outils de représentation qui l’exprime au plus près ?
    Que nous enseigne la pragmatique concernant se vouloir réduire absolument le nouveau/tout autre à du déjà connu ?
    … que l’analogie peut aider à penser mais pas toujours.
    Signé : L’astrocyte de service

    J'aime

    1. Vous disposez définitivement d’une capacité intellectuelle qui est loin d’être la mienne pour voir toutes ces choses ! La seule chose que je suis arrivé à déceler dans cette première analyse que j’ai proposée, c’est un simple ajout à la façon dont s’entretient le lien social, ajout qui est de nature technologique.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s